Ohé matelot ! Quelques pérégrinations en voiliers

Ohé matelot !    Quelques pérégrinations en voiliers

En Ecosse - 04/07/2013 – De Cairnbaan à Torsa

C’est reparti.

La deuxième partie du canal est plus rapidement parcourue. A la montée, on évite de faire trop de remous quand le bateau est dans l’écluse. Donc on remplit lentement. Mais à la descente, le vidage des écluses est plus rapide. On peut ouvrir les vannes franco.

 

 ZERØ en haut de l'escalier

La vue est magnifique lorsque l’on passe au point culminant du canal. Le bateau au milieu de la verdure, au sommet d’un escalier qui mène à la mer. Surréaliste.

 

Vidage

Hervé nous quitte après le dernier train d'écluses, sac au dos, pour une randonnée à travers les Highlands et son passé. A bientôt !

Nous restons à trois, orphelins de notre interprète et un peu tristes. A partir de maintenant il va falloir mettre les mains dans le cambouis pour communiquer avec les locaux...

La fin est délicate car le vent se lève. Amarrage improvisé à couple avec une grosse vedette anglaise(*), le temps que l'écluse soit disponible et virage sur le chapeau de quille à la sortie. Ouf c'est la dernière !...

 

(*) ne vous méprenez pas, c'est encore du jargon de marin ; la manoeuvre consiste à amarrer ZERØ, non pas le long du quai, s'il n'y a pas d'emplacement disponible ou accessible, mais le long d'un autre bateau ; on pourrait traduire par "se garer en double file", sauf que c'est une pratique normale en milieu aquatique sous réserve de prendre les précautions d'usage afin de ne pas rayer la peinture du voisin ; improviser un amarrage à couple avec une grosse vedette anglaise ne signifie donc pas que je tente de refaire ma vie avec une star du showbiz locale.

 

 


Crinan - la sortie !

 

Une fois dehors, on retrouve notre élément. Grands espaces pour grand bateau. Quelques milles vers le nord, à travers Dorus Mor, un étroit passage entre les îles, que les trente nœuds de vent d’ouest et les courants de marée transforment en un véritable chaudron bouillonnant d’écume. Le nom paraît sorti de l'univers de Tolkien. Il fait peur, et à juste titre. Je n'aimerais pas me trouver là sur une coquille de noix. ZERØ passe au travers sans ralentir (deux ris et trinquette), imperturbable. Mais c’est impressionnant. Rude pays !


Dorus Mor !

 

L’absence de pluie rend la navigation agréable et le moindre rayon de soleil est un enchantement. Elle se poursuit dans un paysage somptueux d’îles parfois vallonnées, parfois escarpées. De vertes prairies, des forêts, des rochers, des moutons, des vaches poilues, quelquefois une maison isolée. Comment vit-on ici ?

Nous rejoignons un mouillage parfaitement calme, au milieu d’un dédale entre les îles et des tourbillons de courant. Le filet est posé pour la nuit. Ce soir plat de pâtes aux coquillages (cueillis sur les rochers bien entendu).

Pas un bruit à par le souffle du vent. Et un crépuscule qui n’en finit pas. C’est le Nord.

 

 Rencontre dans le Firth of Lorne

 

542 Cairnbaan Torsa 1.jpg

Pour ceux qui sont pas d'ici...

542 Cairnbaan Torsa 2.jpg

Voilà...



13/07/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres